Régime réduit en sel

Fiche initiée le 06 Mars 2012 par
Modifié par 3 contributeurs

  Cet article contient peu de sources et de références.

Les preuves scientifiques abondent et s’entendent à ce sujet: la consommation importante de sodium est une cause majeure de la pression artérielle élevée. Afin de contrer ce phénomène et de préserver votre santé, choisissez donc des recettes faibles en sodium.

L’Organisation mondiale de la Santé considère la tension artérielle élevée comme le facteur de risque numéro un mondial de mortalité. Cette condition mènerait ainsi à des crises cardiaques, des ACV ainsi que des insuffisances cardiaques et rénales. Un menu trop riche en sodium augmenterait également le risque de développer un cancer de l’estomac, un durcissement des artères, en plus d’être nocif pour les os.

Recherches sur le sodium et les problèmes de pressions artérielles

Une vaste étude (le DASH Sodium Trial, Dietary Approach to Stop Hypertension) a été menée afin d’étudier l’impact d’une consommation de sodium élevée, moyenne et basse (3 300 mg, 2 400 mg et 1 500 mg par jour) sur la pression artérielle chez les hommes et les femmes. Les résultats ont été unanimes: plus l’apport en sodium était faible, plus la pression artérielle était basse, et ce, peu importe si une condition de tension artérielle élevée avait été détectée ou non avant l’étude. En bref, chacun tire des bienfaits à limiter sa consommation de sel.

Consommation de sodium chez les canadiens

Les adultes ne devraient consommer plus de 1 500 mg de sodium quotidiennement. Pourtant, la plupart des Canadiens mangent plus de deux fois cette quantité. Afin de ne pas surpasser ce nombre prescrit, tentez de limiter votre apport en sodium à une quantité maximale de 400 mg par repas et de 200 mg par collation (en fonction d’un menu incluant trois repas et deux collations par jour).

Bien sûr, éviter de faire usage de la salière est un pas dans la bonne direction. Mais sachez qu’un pourcentage aussi élevé que 80 % du sodium consommé proviendrait des repas pris au restaurant et des aliments préparés et préemballés. Tentez donc de renouer avec les repas faits maison, préparés avec peu ou pas de sel. Aussi, lorsque vous choisissez des aliments à l’épicerie, n’oubliez pas de lire les étiquettes nutritionnelles et de choisir les marques proposant une faible teneur en sodium.

Attention aux étiquettes « réduit en sodium »

Méfiez-vous: un aliment portant l’étiquette « réduit en sodium » peut en fait contenir beaucoup de sel. La raison en est fort simple. Un produit « réduit en sodium » doit contenir au moins 25% moins de sodium que le produit régulier. Mais certains produits, comme la sauce soya, présentent une teneur en sel si élevée que même leur version « réduite en sodium » peut contenir une quantité aussi élevée que 600 mg de sodium par cuillère à soupe.

Remplacer le sel par d’autres aromates

Éliminez le sel, mais ne négligez pas la saveur! Apprenez donc à cuisiner et à préparer vos repas en excluant l’apport de sodium, c’est-à-dire en vous servant d’oignons, d’ail, d’herbes, d’épices, de jus et zeste de citron ou de lime, d’huiles et de vinaigres aromatisés, ou de mélange d’assaisonnements sans sel. Le piment rouge broyé se révèle quant à lui particulièrement utile lorsque vient le temps d’ajouter un peu de piquant à vos soupes, salades, sautés, œufs, pâtes et plats carnés.

Sources et références

Moisson Santé (Catelli). [En ligne.] http://www.patesdegrainsentiers.ca/?p=220

Aimez cette fiche :