Préparation du café

Fiche initiée le 23 Mars 2012 par
Modifié par 2 contributeurs

Pour tirer du café le maximum des plaisirs qu’il renferme et profiter à souhait de ses saveurs et de ses arômes, il faut savoir respecter quelques règles de base.

Choisir le bon grain

Préparation du caféÉvidemment, le choix du café lui-même revêt une importance capitale. Il faut d’abord savoir que l’arabica est le type de grain qui garantit le plus de richesse à votre infusion, notamment sur le plan des arômes. L’arabica est du reste doux et fruité. Le robusta offre, lui, des cafés bas de gamme, très corsés, amers et ne révélant que très peu d’arômes. Le mélange des deux espèces peut offrir une belle harmonie.

Choisissez des grains mats plutôt que les plus brillants qui risquent d’être de moindre qualité. Par ailleurs, il faut savoir que les grains très foncés ont été fortement torréfiés et se révéleront amers. Les grains plus clairs, moins torréfiés, libéreront davantage de parfums. Encore une fois, un mélange des deux peut s’avérer heureux.

La majorité des cafés que nous buvons sont d’ailleurs constitués de grains de différentes origines. Ces mélanges ont pour but d’offrir un équilibre et une harmonie en mariant les particularités de différents grains. Ainsi, on associera un café plus corsé avec un plus doux, un autre plus acide avec un plus chocolaté, etc.

L’importance de l’eau

L’eau occupe aussi un rôle déterminant dans la réussite d’un café. Aussi, pour pouvoir compter sur une savoureuse infusion, l’eau se doit d’être de qualité. De l’eau qui a mauvais goût, qui a des relents de chlore ou qui contient du calcaire masquera assurément le goût du café et réduira le plaisir. Si cette description vous fait penser à l’eau de votre robinet, tentez l’expérience avec de l’eau de source et voyez la différence…

En plus d’être bonne, l’eau doit aussi être à la bonne température. Ainsi, si elle ne doit jamais bouillir (sauf dans le cas d’un café turc), elle doit cependant offrir suffisamment de chaleur pour permettre aux grains d’extraire leurs secrets. La température idéale se situe entre 90°C et 95°C, c’est-à-dire au moment où on voit apparaître les premiers frémissements.

Le café doit enfin, bien entendu, être bu chaud, mais non réchauffé!

La bonne mouture

Si la mouture elle-même a un impact considérable sur le goût et la puissance d’un café, le moment de la mouture n’est pas non plus à négliger. Il n’y a rien comme de moudre son grain à la maison, quelques instants avant de procéder à l’infusion. Ce faisant, on s’offre le plaisir de profiter pleinement des arômes et des saveurs du café : elles sont alors à leur paroxysme. Peu de temps après la mouture, le café s’oxyde; il perd alors beaucoup d’intérêt, au même rythme qu’il gagne en amertume.

Pour une mouture parfaite, bien homogène, il faudrait privilégier les moulins à meules (broyeurs) plutôt que ceux à hélices. Les moulins à meules électriques offrent de plus des options de réglage de la mouture qui permettent d’obtenir le degré qui convient parfaitement à chaque type de cafetière.

Le degré de mouture compte parmi les règles les plus essentielles dans l’art de préparer un bon café. Pour pouvoir profiter d’une tasse de café idéale, il faut à tout prix respecter les principes suivants :

Préparation du café

Conservation

Pour que votre café conserve mieux ses attraits, rangez-le au réfrigérateur dans une boîte opaque et fermant hermétiquement. Qu’il soit en grains ou moulu, la méthode est efficace, mais jamais autant que d’acheter son café en petite quantité, selon ses besoins.

Sources

IGA.net. Préparer un bon café. [Page consultée le 23 mars 2012.] http://www.iga.net/infoaliment.php?lang=fr&id=4

Aimez cette fiche :