Noix de coco

Fiche initiée le 17 Novembre 2011 par
Modifié par 2 contributeurs

La noix de coco est le fruit du cocotier, un arbre tropical de la famille des palmiers (palmacées). Le cocotier pousse en Afrique, en Asie, de même qu’en Amérique du Sud et latine. Comme il apprécie particulièrement la chaleur, le cocotier ne pousse que dans les contrées humides où la température moyenne est supérieure à 25°C. C’est pourquoi on considère la noix de coco comme un fruit exotique et tropical. Lorsque la noix de coco parvient à maturité, elle tombe d’elle-même par terre, facilitant ainsi sa cueillette. La production de noix de coco s’échelonne toute l’année.

À l’origine, la chair de noix de coco est renfermée dans une coquille brune très dure. Celle-ci est à son tour recouverte d’une enveloppe fibreuse de couleur verte, qui tend rapidement à brunir. Au Québec, la noix de coco fraîche est habituellement vendue sans son enveloppe fibreuse.

Il ne faut pas confondre le lait de coco et l’eau de coco. Ce que l’on appelle le lait de coco et que l’on retrouve la majorité du temps sur le marché est obtenu à partir de chair de noix de coco râpée que l’on fait infuser longuement dans de l’eau ou du lait. L’eau de coco est plutôt le liquide naturel qu’on retrouve à l’intérieur de la noix.

La noix de coco est fréquemment utilisée dans les cuisines indienne, indonésienne, africaine et asiatique. Les habitants de ces régions utilisent le lait, la crème ou la chair de noix de coco râpée pour parfumer de nombreux mets comme le riz, les ragoûts, les blanquettes (mets à base de viande blanche cuite dans une sauce blanche), les caris et les sauces. C’est à partir de la noix de coco que l’on produit l’huile de coprah, fortement utilisée par l’industrie alimentaire (souvent hydrogénée).

Bien choisir la noix de coco

Noix de cocoOn sélectionne des noix lourdes qui semblent contenir beaucoup d’eau. Pour ce faire, on évalue la quantité d’eau à l’intérieur en secouant la noix de coco. D’emblée, on évite les noix de coco qui sont fêlées ou dont les « yeux » sont percés, où les premières traces de moisissures peuvent apparaître.

On retrouve aussi la chair de noix de coco râpée et déshydratée, sucrée (additionnée de sucre) ou non sucrée. La noix de coco râpée se vend en vrac ou dans des sacs préemballés. Il existe aussi du lait de coco en conserve en version allégée ou non. Certaines épiceries fines offrent aussi la crème de coco.

Conserver la noix de coco

La noix de coco fraîche entière peut se conserver à la température de la pièce de deux à quatre mois. Une fois ouverte, elle se conserve au réfrigérateur pendant environ sept jours. Il est important de la consommer rapidement, car la chair a tendance à s’assécher et à s’oxyder. Pour éviter le tout, on recouvre la chair avec l’eau de coco.

On peut également congeler la chair de noix de coco fraîche (dans un sac prévu à cet effet) jusqu’à neuf mois. Le lait et la crème de coco doivent être réfrigérés une fois le contenant ouvert. Ils se conserveront pendant environ une semaine.

La noix de coco déshydratée doit être entreposée dans un contenant hermétique à l’abri de l’humidité. La noix de coco fraîche peut être congelée pendant 6 mois

Quand consommer la noix de coco?

La noix de coco se retrouve sur les étals toute l’année, mais on note une recrudescence de l’offre à l’automne et à l’hiver. Le lait de coco et la noix de coco filamentée se retrouvent en tout temps au supermarché.

La noix de coco en cuisine

À l’aide d’un gros clou et d’un marteau, percer au moins deux des trois « yeux » situés sur le dessus de la noix de coco. Après avoir vidée l’eau contenue à l’intérieur (à conserver), on casse la noix de coco. Pour procéder, on utilise un marteau pour frapper la noix préalablement enroulée dans un linge pour éviter les éclats de coquille. On préchauffe le four à 350 ° F (180° C) et on cuit la noix de coco pendant environ 30 minutes. La coquille de la noix de coco éclatera d’elle-même. Si une peau brune adhère à la chair, on la pèle à l’aide d’un couteau économe.

En plus de la saveur qu’elle apporte, la noix de coco râpée ajoute une texture croquante aux mets. Une fois grillée, elle développe tout son arôme.

La noix de coco entre dans la confection de desserts variés, alors que le lait et l’eau de coco servent aussi à préparer divers punch et cocktails tropicaux.

Les bienfaits de la noix de coco

La noix de coco a longtemps eu mauvaise presse. On la jugeait surtout par sa haute teneur en gras saturés d’origine végétale. Ces derniers sont pointés du doigt quant à leur capacité d’augmenter le taux de mauvais cholestérol dans le sang (LDL), en plus de créer des dépôts sur les parois des artères.

Or plusieurs études récentes tendent à démontrer que tous les gras saturés ne s’équivalent pas (dépendamment des chaînes d’acides gras – 8 à 12 atomes de carbones pour la noix de coco (chaîne moyenne), alors que la viande en contient entre 14 et 24 (chaîne longue). Plus la chaîne est courte, moins l’organisme doit fournir de l’énergie pour digérer les acides gras. Très digestes, les gras saturés de la noix de coco (et son huile) seraient même, contre toute attente, potentiellement réducteur du taux de cholestérol. C’est ce qu’avance un chercheur en endocrinologie, le Dr Raymond Peat. Selon lui, l’huile de coco agirait directement sur le taux de cholestérol en le transformant en une hormone ayant plusieurs effets bénéfiques sur l’organisme, la prégnenolone.

Outre cet atout, la noix de coco est riche en fer, en manganèse et en cuivre. Si le fer d’origine végétal se voit moins bien assimilé par l’organisme que celui animal, il n’en demeure pas moins qu’en le combinant à une source de vitamine C, on retire le maximum de sa teneur ferreuse. Le lait de coco est particulièrement riche en fer.

L’eau de coco se caractérise quant à elle par sa haute teneur en potassium. Les sportifs devraient donc y recourir pour remplacer les électrolytes perdus lors d’un grand effort physique, en prenant soin toutefois d’y ajouter un peu de sodium (sel iodé). L’eau de coco, fortement désaltérante et dépourvue de gras, a une action stimulante sur les reins.

Riche en acide laurique (deuxième source après le lait maternel), l’huile de coco stimule le métabolisme en envoyant des signaux énergétiques au cerveau, tout en agissant comme un puissant antiviral auprès du système immunitaire.

Selon des études épistémologiques, les acides gras à chaîne moyenne, comme ceux de la noix de coco, pourraient avoir une incidence sur la lutte contre l’Alzheimer.

La chair de la noix de coco regorge de fibres alimentaires facilitant le transit intestinal.

De plus, l’eau de noix de coco a déjà été utilisée pour sauver des vies.

Dans des conditions extrêmes et d’isolement qui ne permettaient pas l’accès à des soins médicaux suffisants, on a déjà utilisé l’eau de jeunes noix de coco en solution intraveineuse. L’eau de noix de coco est un liquide stérile, proche du profil d’électrolyte du plasma sanguin et des solutions d’électrolytes produites par les laboratoires pharmaceutiques. On l’aurait notamment utilisée durant les guerres du 20e siècle, notamment pendant la Deuxième Guerre mondiale. Un grand brûlé aurait survécu grâce à la réhydratation de l’eau de noix de coco. Celle-ci aurait également déjà servi pour effectuer une dialyse rénale.

Mise en garde

La noix de coco pourrait provoquer des réactions allergiques graves chez les individus qui souffrent d’une allergie aux sulfites, l’un des neufs allergènes les plus courants au pays selon Santé Canada. Les sulfites sont des additifs alimentaires réglementés utilisés comme agents de conservation pour préserver la couleur et prolonger la durée de conservation des aliments, pour prévenir la croissance de micro-organismes et pour maintenir la puissance de certains médicaments.

Cette mise en garde s’applique aux produits de la noix de coco ayant subi une transformation, c’est-à-dire le lait de coco ou la noix de coco filamentée. Tous les aliments alimentaires contenant l’un de ces deux produits peuvent avoir été en contact avec des sulfites. Les personnes allergiques devraient savoir que selon les règles d’étiquetage de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, tout aliment qui peut avoir été mis en contact avec des sulfites doit être identifié.

Il est par ailleurs important de noter que les personnes qui présentent des allergies aux noix peuvent consommer de la noix de coco car celle-ci n’est pas issue de la même famille des fruits à coque. Il s’agit plutôt d’un noyau de fruit.

Correspondance des mesures

  • 1 tasse de noix de coco crue filamentée = 250 ml = 84,6 g

Valeur nutritive

Noix de coco crue
Noix de coco
Source : Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs.

D’où vient la noix de coco?

La noix de coco est originaire de la Malaisie, où elle a longtemps été considérée comme une offrande aux dieux par les hindous. C’est à ses « trois yeux » que serait attribuable cette coutume, les deux premiers faisant référence à l’homme et le troisième symbolisant la conscience.

Très résistante, la noix de coco peut flotter dans l’océan et c’est pourquoi elle s’est retrouvée aussi dans des régions limitrophes à l’océan Indien et en Afrique. Des explorateurs auraient également rapporté la noix de coco chez eux, la considérant comme de la nourriture.

Pour la civilisation occidentale, la noix de coco aurait été découverte par l’explorateur Marco Polo au tournant de 1280, mais on en aurait fait mention dans un récit égyptien à l’an 545 sous la désignation « grosse noix d’Inde ».

Sources

1 Jardin 2 Plantes.info. Plante : Le cocotier. [Page consultée le 2 août 2011.] http://www.1jardin2plantes.info/fiches/221/cocotier.php

Bowen, Carole. Manuel de congélation, plus de 200 aliments de tous les jours. Caractère, Montréal, 2005.

Coprah.com. Histoire de l’huile de coprah. [Page consultée le 2 août 2011] http://www.coprah.com/7-Histoire.php

Fortin, Caroline et al. La mini-encyclopédie des aliments. Québec Amérique, Montréal, 2008.

IGA.net. L’Info-aliments : noix de coco. [Page consultée le 1er août 2011.] http://www.iga.net/infoaliment.php?lang=fr&id=109

Ma Santé naturelle. La Noix de coco, un aliment santé à redécouvrir. [Page consultée le 1er août 2011.] http://www.masantenaturelle.com/chroniques/sante/coco.php

My five best.com. Five Interesting Facts About Coconuts. [Page consultée le 4 avril 2012.] http://myfivebest.com/five-interesting-facts-about-coconuts/

Plaisirs Santé. Les 5 bienfaits de la noix de coco. [Page consultée le 1er août 2011.] http://www.plaisirssante.ca/mon-assiette/nutrition/5-bienfaits-de-la-noix-de-coco?slide=2

Ray Peat. Coconut Oil. [Page consultée le 2 août 2011.] http://raypeat.com/

Santé Canada. Sulfites - Un des neuf allergènes alimentaires les plus courants qui entraînent des réactions indésirables sévères. [Page consultée le 2 août 2011]. http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/allerg/fa-aa/allergen_sulphites-sulfites-fra.php.

Wikipédia. Noix de coco. [Page consultée le 4 avril 2012.] http://fr.wikipedia.org/wiki/Noix_de_coco

Wikipédia. Coconut. [Page consultée le 4 avril 2012.] http://en.wikipedia.org/wiki/Coconut

Aimez cette fiche : 

Recettes qui contiennent cet ingrédient