Mûre

Fiche initiée le 16 Novembre 2011 par
Modifié par 1 contributeur

Cousine de la framboise, la mûre est le fruit d’un arbrisseau d’origine sauvage. On différencie la mûre de la framboise grâce au réceptacle que la mûre conserve après la cueillette, tandis que la framboise en est dépourvue. La mûre est généralement plus dodue que sa cousine et de couleur plus intense, d’un violet tirant sur le noir.

La mûre est composée de drupéoles, des petites boules disposées en grappe. Dans chacune de celles-ci, on retrouve une graine dure qui résiste souvent sous la dent. Bien que la mûre noire soit la plus abondante sur nos étals, il est bon de savoir qu’on peut retrouver des mûres d’autres couleurs, à savoir : rouges, blanches et pourpres. Au goût, la mûre est généralement sucrée avec une pointe d’acidité.

Bien choisir les mûres

MûreOn choisit les mûres tendres et rebondies, en évitant celles qui présentent des signes d’humidité (mollesse du fruit ou condensation dans la barquette). On recherche les gros fruits luisants, d’un noir jais aux reflets violacés.

Comment conserver les mûres ?

Fragiles, les mûres se conservent mieux au réfrigérateur, mais leur durée de vie est restreinte, soit environ deux ou trois jours. On lave les mûres tout juste avant de servir pour éviter qu’elles ne ramollissent et ne perdent de leur éclat. On les passe sous l’eau, puis on les égoutte à l’aide de papier absorbant. Les mûres peuvent être congelées. Pour ce faire, on conseille de les placer sur une tôle à biscuits au congélateur puis de les mettre dans un sac en plastique pour congélation une fois congelées.

Aussi, pour vivifier leur couleur, on peut les arroser de jus d’agrumes (citron, lime, orange ou pamplemousse).

La saison des mûres

La mûre se cultive en divers endroits du globe, ce qui fait qu’on la retrouve généralement toute l’année en épiceries. On la récolte également au Québec lors de la belle saison et ce, jusqu’à l’automne coïncidant avec les cueillettes tardives.

La mûre en cuisine

La mûre se prête bien à la confection de recettes sucrées, du cocktail au dessert, en passant par les smoothies. Les baies trop mûres conviennent parfaitement à la préparation de coulis, de confitures et de gelées. Les mûres peuvent même servir de décoration dans les salades de fruits en apportant une touche de couleur originale. On peut aussi déguster la mûre fraîche, dans nos céréales du petit-déjeuner ou pour égayer un bol de yogourt nature.

Bien qu’elle soit peut utiliser pour rehausser les mets principaux, il faut savoir que les arômes de la mûre se marient bien avec le gibier.

La mûre convient bien à la confection de sorbets et de liqueurs alcoolisées (crème de mûre).

Les bienfaits des mûres

Les mûres regorgent de pigments bénéfiques lui conférant non seulement une couleur très intense, mais aussi de précieux antioxydants (anthocyanines et composés phénoliques), connus pour leur efficacité dans la prévention de divers cancers et cardiopathies (notamment grâce à leur pouvoir à lutter contre le mauvais cholestérol). De plus, les mûres, conjointement avec les framboises, constituent les fruits les plus riches en fibres alimentaires, bénéfiques à la santé gastro-intestinale.

Mises en garde

Bien que les mûres contiennent de petites graines, aucune étude n’a confirmé l’hypothèse qu’on doive exclure ces baies de l’alimentation chez les personnes atteintes de diverticulose. Cependant, certaines personnes peuvent être sensibles à la présence de petites graines pouvant irriter l’estomac dans les fruits.

Comme les autres fruits dans la famille des rosacées (framboises, fraises, cerises, etc.), certains individus peuvent ressentir des réactions allergiques (chatouillements, yeux qui piquent, éternuements, etc.) lorsqu’ils consomment des mûres. Si elles occasionnent un désagrément, ces allergies ne présentent toutefois pas de danger pour la santé.

Correspondance des mesures

  • 150 grammes = 1 tasse = 250 ml

Valeur nutritive

Mûres fraîches
Mûre
Source : Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs.

D’où vient la mûre?

On doit la mûre d’aujourd’hui à un arbre originaire d’Asie occidentale, le mûrier. L’histoire veut que ce soit l’empereur romain Justinien qui eût encouragé la propagation de la mûre afin de stimuler la production de la soie. Pour ce faire, plusieurs mûriers blancs ont été plantés à travers l’Europe. Aujourd’hui, la culture de la mûre a donné lieu à une recrudescence de variétés hybrides croisées avec la framboise (Loganberry, Youngberry, Boysenberry, Tayberry, Tummelberry, etc.).

Sources

Béliveau, Richard et Denis Gingras. Aliments contre le cancer. Trécarré, Montréal, 2005.

Béliveau, Richard et Denis Gingras. La santé par le plaisir de bien manger. Trécarré, Montréal, 2009.

Bettez MJ, Théroux E., « Liste des familles botaniques et biologiques d’aliments », Déjouer les allergies alimentaires. Québec Amérique, Montréal, 2002.

Bowen, Carole. Manuel de congélation plus de 200 aliments de tous les jours. Caractère, Montréal, 2005.

Eglash A, Lane CH, Schneider DM. Clinical inquiries. What is the most beneficial diet for patients with diverticulosis?. J Fam Pract 2006 September ; 55(9).

Festy, Daniele. Antioxydants, guide pratique. Leduc S. Éditions. Paris, 2003.

Fortin, Caroline et al. La mini-encyclopédie des aliments. Québec Amérique, Montréal, 2008.

Conseils Nutrition TV. Exquis petits fruits. [Page consultée le 25 juillet 2011.] http://www.conseilsnutrition.tv/f-70_petits_fruits.

Whiteman, Kate et Maggie Myahew. Le Grand livre des fruits. Manise (Éditions Minerva), Genève, 2000.

Aimez cette fiche : 

Recettes qui contiennent cet ingrédient