Lycopène

Fiche initiée le 11 Janvier 2012 par
Modifié par 2 contributeurs

Le lycopène une molécule phytochimique (un pigment), qui donne la couleur rouge à certains aliments végétaux. Le lycopène fait partie de la grande famille des antioxydants, plus précisément de la famille des caroténoïdes.

Transporté par les lipides dans le corps humain, le lycopène se loge dans certains organes, dont le foie et la prostate (chez les hommes). Ce nutriment n’est pas essentiel à la vie, mais il est souhaitable d’assurer un bon apport de lycopène afin d’atteindre une santé optimale et prévenir le développement de certaines maladies.

Caractéristiques du lycopène

Bien qu’il s’agisse du caroténoïde le plus abondant dans l’organisme, le corps humain ne parvient pas à produire de lycopène. Pour cette raison, il est important de se ravitailler régulièrement en lycopène par le biais de l’alimentation.

Le lycopène dans l’alimentation

LycopèneLa tomate est la meilleure source de lycopène, mais on en trouve aussi dans la goyave, le melon d’eau et autres fruits à la chair rouge ou rosée. On estime que 85 % de l’apport alimentaire suggéré proviendrait de la tomate et des sous-produits de tomates, alors que le 15 % restant serait puisé dans les autres fruits.

Fait surprenant, le corps absorbe mieux le lycopène provenant des tomates transformées plutôt que des tomates fraîches. Ce phénomène s’explique par la transformation subie par les cellules du fruit lorsqu’exposées à la chaleur. Ainsi, le ketchup, le jus, la soupe, la sauce et la pâte de tomate sont des sources très intéressantes de lycopène.

Aussi, il semblerait que l’absorption du lycopène soit facilitée par la prise simultanée d’un autre composé appartenant à la famille des caroténoïdes ou bien lorsqu’il est accompagné d’un corps gras, particulièrement l’huile d’olive.

Les principales sources de lycopène

Aliments

Portion recommandée

Teneur en lycopène (mg/100 g)

Purée de tomates

125 ml

27 mg

Pâte de tomates

75 ml

29,3 mg

Jus de légumes ou de tomate

250 ml

22 - 23 mg

Coulis de tomates

125 ml

17,5 mg

Ketchup

7 c. à table

17,0 mg

Sauce tomate

125 ml

17 mg

Soupe de tomate condensée

250 ml

13 mg

Melon d’eau

1 tranche (286 g)

13 mg

Goyave

1

5,4 mg

Tomates en conserve

125 ml

5 mg

Tomate crue

1 (123 g)

3,0 mg

Papaye

½ fruit (150 g)

2,0 mg

Pamplemousse rose ou rouge

½ fruit (123 g)

1,7 mg

*Sources : R. Béliveau et D.Gingras, Aliments contre le cancer / USDA Database for the carotenoids content of selected food, 1998 / Passeport Santé.net.

Les bienfaits du lycopène

Grâce à ses propriétés antioxydantes, le lycopène aide l’organisme à amoindrir les dommages faits aux cellules et réduit les risques de développer des cancers ou certaines autres maladies. Concrètement, les études ont démontré que ce composé phytochimique réduit les risques de maladies cardiaques, de cancer de la prostate, de cancer du sein et du poumon, et même de cécité.

Toutefois, pour profiter pleinement des effets protecteurs du lycopène, on doit adopter une alimentation assez riche en produits issus de la tomate ou de fruits contenant l’antioxydant. La meilleure façon de faire le plein de lycopène serait de consommer de la sauce tomate deux fois par semaine. Son effet protecteur est encore plus important lorsque la sauce est constituée à base de concentré de tomates, d’huile d’olive, d’oignons et d’ail. Ce faisant, les études estiment que les risques de développer un cancer de la prostate diminueraient d’environ 25 % (35 % lorsque consommée 4 fois par semaine).

Mises en garde

Aucune mise en garde connue.

Histoire du lycopène dans l’alimentation

La tomate fut découverte et cultivée pour la première fois au Mexique au 16e siècle. Or, le fruit provenait originellement de l’Amérique du Sud, plus précisément des régions andines côtières en Colombie, au Pérou, en Équateur et au Chili.

Plusieurs études se sont articulées autour des effets des caroténoïdes sur le corps humain. Or, celles qui se portent précisément sur le lycopène sont relativement récentes. Un chercheur du nom Harsten fut le premier à isoler le lycopène de la tomate au 19e siècle. Toutefois, il fut attendre à la fin du 20e siècle (1990) pour prendre ce composé au sérieux.

Une corrélation manifeste entre le faible taux de cancer de la prostate remarqué en Italie, en Espagne et au Mexique et la consommation importante de tomates chez les habitants de ces pays mena rapidement les chercheurs sur cette piste hypothétique qui fit mousser les études à l’endroit du lycopène.

L’intérêt croissant du grand public porté au lycopène est attribuable à une importante campagne publicitaire orchestrée par le géant américain Heinz visant à sensibiliser les gens à l’importance de cet antioxydant contenu dans leur ketchup.

Sources et références

Béliveau, Richard et Denis Gingras. Aliments contre le cancer. Trécarré, Montréal, 2005.

Béliveau, Richard et Denis Gingras. La santé par le plaisir de bien manger. Trécarré, Montréal, 2009.

IGA.net. Santé et alimentation : Conseils santé. [Page consultée le 11 janvier 2012.] http://www.iga.net/healthtips.php?lang=fr&id=13&cat=alimentation&title=le_lycopene_le_secret_est_dans_la_tomate

Passeport Santé. Fiche complète : lycopène. [Page consultée le 11 janvier 2012] http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=lycopene_ps

Ruby, Françoise. « Une tomate par jour éloigne le docteur pour toujours? », dans Magazine Protégez-Vous, octobre 1999.

Société canadienne du cancer. Bien manger et être actif - Ce que vous pouvez faire (publication). [Page consultée le 11 janvier 2012]. http://www.cancer.ca/Quebec/Publications.aspx?sc_lang=fr-CA

Van Straten, Michael et Barbara Griggs. Les Superaliments pour rester en santé. Broquet, Ottawa, 2006.

World Cancer Research Fund / American Institute for Cancer Research. Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer: a Global Perspective. Washington DC: AICR, 2007. [Consulté le 27 avril 2010] www.dietandcancerreport.org

Aimez cette fiche :