Flore intestinale

Fiche initiée le 20 Août 2012 par
Modifié par 1 contributeur

La flore intestinale, ou microbiote est composée de 100 000 milliards (1 x 1014)de bactéries qui se retrouvent dans le tube digestif. Chez les personnes en bonne santé, plusieurs centaines d’espèces de bactéries vivent dans le tube digestif.

On trouve relativement peu de bactéries dans l’estomac, étant donné le pH très acide de l’estomac et les mouvements musculaires qu’on y retrouve (péristaltisme).

L’intestin contient la majorité des bactéries de la flore intestinale.

La majorité des bactéries qu’on retrouve dans le système digestif sont bénéfiques. La flore intestinale a des rôles multiples. D’abord, la masse de bactéries peuplant le tube digestif d’une personne ne bonne santé fait en sorte que les bactéries nuisibles provenant de l’extérieur n’ont pas l’espace et les nutriments nécessaires pour proliférer.

La flore intestinale produit des vitamines, notamment de la vitamine K et la biotine (vitamine B8).

Elle permet aussi la digestion de certains types de fibres. Les bactéries produisent des acides gras à chaîne courte qui peuvent ensuite être utilisés comme source d’énergie.

Facteurs influençant la flore intestinale

L’alimentation peut avoir une influence positive sur la flore intestinale. La consommation d’aliments contenant des bactéries probiotiques peuvent modifier positivement la composition de la flore intestinale.

Les fibres prébiotiques contribuent à la croissance des bactéries bénéfiques dans le tube digestif.

À l’inverse, La prise d’antibiotiques, particulièrement ceux à large spectre, affecte le nombre de bactéries composant la flore intestinale. La diminution du nombre de bactérie diminue la capacité à fermenter certains glucides ce qui, en retour augmente l’absorption. C’est ainsi que la prise d’antibiotiques peut causer des problèmes de diarrhée.

Sources et références

Rolfes SR, Understanding normal and clinical nutrition, 8e édition,Wadsworth cengage learning, 2009

Amrouche, Tahar, Contribution à l’étude du pouvoir immunomodulateur des bifidobactéries: analyse in vitro et ex vivo des mécanismes moléculaires impliqués, Université Laval, 2005.

Aimez cette fiche :