Crabe

Fiche initiée le 30 Avril 2013 par
Modifié par 1 contributeur

Les crabes sont des crustacés à dix pattes pêchés pour leur chair. Au Québec, on consomme surtout le crabe des neiges, qui est disponible en abondance dans les eaux froides des zones de pêches nordiques. On lui donne le nom scientifique de Chionoecetes opilio.

Comment le choisir?

Le crabe vivant devrait sembler lourd et plein. Si vous choisissez un crabe beaucoup plus gros que les autres crabes pêchés en même temps que lui, il y a de fortes chances que celui-ci vienne de compléter sa mue: il y aura donc beaucoup moins de chair à l’intérieur de sa carapace. Le crabe vivant devrait réagir quand on lui touche.

Contrairement au homard, le crabe survit mal en dehors de son habitat et il ne résiste pas à un séjour en vivier. Pour assurer la fraîcheur du produit, on préfère donc cuire le crabe tout juste après l’avoir pêché et c’est surtout sous cette forme que vous le trouverez. Choissez des pattes qui sont encore attachées à leur section, elles se conserveront plus longtemps.

Le crabe surgelé ne devrait pas présenter de brûlures de froid et les sacs devraient être exempts de cristaux de glace. Préférez les emballages sous-vide, pour assurer une meilleure texture lors de la décongélation.

Comment le conserver?

Le crabe cuit se conserve au frigo, dans sa carapace, pour une période d’une semaine. S’il est déjà décortiqué, tâchez de le conserver dans un contenant hermétique et consommez-le à l’intérieur d’une période de 48 heures.

Le crabe congelé et emballé sous-vide peut se conserver environ 6 mois lorsque le sac est toujours scellé.

Meilleure période pour le consommer

La pêche au crabe débute à la fin mars et se poursuit jusqu’à la fin mai. Jusqu’à cette date, vous trouverez facilement du crabe fraîchement cuit au rayon de la poissonnerie de votre supermarché.

Le crabe surgelé est disponible à l’année.

Comment l’apprêter en cuisine?

Le crabe déjà cuit se mange froid ou chaud (on doit alors le réchauffer à la vapeur ou au four, tout simplement). On craque les carapaces pour en dégager la chair, qui est consommée nature ou trempée dans le beurre.

Le crabe déjà décortiqué ou décongelé s’apprête dans toutes sortes de recettes: croquettes de crabe, trempette chaude, pâtes, sandwich…

Bienfaits et avantages de consommer l’aliment

Comme plusieurs fruits de mer, le crabe est riche en acides gras Omega-3 et il est une excellente source de protéines. Il est aussi riche en fer, qui contribue à maintenir un haut niveau d’énergie, et en zinc et en iode, des nutriments qui aident à la cicatrisation des tissus et au bon fonctionnement de la glande thyroïde.

Mises en garde

Les gens allergiques aux crustacés comme les crevettes et le homards sont susceptibles d’être allergiques au crabe.

La pêche au crabe

Le crabe est pêché au moyen de casiers descendus au fond de l’eau pour une période de 24 à 48 h, après quoi ils sont remontés à la surface. On utilise le hareng pour attirer le crabe dans les casiers.

Une pêche lucrative

Depuis l’instauration du moratoire sur la pêche à la morue dans les années 90, la pêche aux crustacés est devenue très populaire dans le St-Laurent. Le crabe est la seconde espèce la plus pêchée au Québec, avec 13 464 tonnes de crabe pêché en 2008, contre 22 057 tonnes de crevettes et 3454 tonnes de homard. Par contre, la valeur marchande plus élevée du crabe en fait la pêche la plus lucrative dans le Bas St-Laurent : on lui doit en effet près de 40% des revenus de l’industrie de la pêche au Québec.

Une espèce protégée

En raison de sa grande popularité, des mesures de protection ont été mises en place pour s’assurer que les populations de crabe restent abondantes pour de nombreuses années encore. C’est pour cette raison qu’en plus de leurs quotas à respecter, les pêcheurs ne doivent pas pêcher de crabes femelles ou de crabes en pleine mue, alors que leurs carapaces sont molles.

Pour les aider à différencier les crabes mâles des crabes femelles, les pêcheurs ont un outil qui leur vient de la nature : le crabe des neiges est dimorphe, c’est-à-dire que son apparence change selon le sexe. Les femelles sont beaucoup plus petites que les mâles : elles tiennent dans le creux d’une main, alors que leurs congénères peuvent atteindre des tailles impressionnantes. Il est donc facile de rejeter à l’eau les spécimens qui doivent être protégés.

Sources et références

Pêches et Océans Canada. Crabe des neiges. [En ligne] http://www.dfo-mpo.gc.ca/Science/publications/uww-msm/articles/snowcrab-crabedesneiges-fra.html Page consultée le 17 avril 2013.

Aimez cette fiche : 

Recettes qui contiennent cet ingrédient