Concombre

Redirigé de concombre anglais.
Fiche initiée le 20 Octobre 2011 par
Modifié par 2 contributeurs

Il existe une quarantaine de variétés de concombres sur le marché. Les variétés américaines qui poussent dans nos jardins sont plus courtes et massives, tandis que les variétés nommées couramment « anglaises » ou « européennes » sont plus longues et minces. Le couleur verte et de forme allongée, sa longueur et sa largeur varie en fonction des variétés. La pelure épaisse du concombre peut être pelée ou consommée telle quelle.

Le concombre est composé à 97 pour cent d’eau, ce qui en fait un légume assurément désaltérant et rafraîchissant, surtout lors des canicules estivales. La fadeur de son goût se remarque assez rapidement, quoiqu’il développe parfois quelques soupçons d’amertume.

Le concombre vient de la même famille que les melons, les courges (et courgettes) et citrouilles.

Bien choisir le concombre

concombre anglaisOn choisit un concombre ferme et bien vert. On tâte les deux extrémités pour en évaluer la fermeté : la mollesse de la chair pourrait traduire un légume moins frais. On le préfère de taille moyenne et bien droit; il aura ainsi meilleur goût. Un concombre excessivement tordu ou de taille démesurée risquent d’être amer, fade et de contenir de nombreuses graines dures. Évitez également un concombre avec des meurtrissures ou des taches jaunâtres.

Conserver le concombre

Le concombre est particulièrement sensible aux changements de température. On le place de préférence au réfrigérateur, dans le bac à légumes, où il se conservera pendant environ cinq jours. Une fois coupé, on l’enveloppe dans une pellicule de plastique, car il risque de conférer son goût aux aliments qui l’entourent. Le concombre est très fragile et ne se conserve pas au congélateur. Des températures très froides ont pour effet de l’amollir.

Bien qu’il ne se prête pas bien à la congelation, les concombres peuvent se conserver jusqu’à 2 mois au congélateur lorsqu’on prévoit de l’utiliser pour faire des potages. La texture croquante du concombre ne résiste aucunement à la congélation; il deviendra mou.

Le concombre de saison

On retrouve du concombre frais à l’année. Toutefois, il est plus savoureux durant la haute saison qui s’étend du mois d’août au mois de septembre. Le climat estival québécois convient bien à la culture du concombre.

Le concombre en cuisine

Le concombre épépiné se cuit facilement et peut remplacer la courgette dans la plupart des recettes. Certains types de cuisson lui conviennent davantage : sauté à la poêle, cuit à la vapeur ou mijoté dans un mets en sauce, en ayant pour effet d’ajouter une touche inusitée.

Cru accompagné de trempette, de yogourt ou de crème sûre, il fait toujours fureur sur un plateau de crudités. Le concombre est un légume incontournable des salades estivales croquantes et rafraîchissantes. On l’essaie aussi dans la vinaigrette, réduit en purée, en remplacement d’un peu d’huile. On l’intègre souvent aux soupes et aux potages comme dans le célèbre gaspacho espagnol. Il est aussi délicieux dans les mets à base de fromage, d’œufs ou de béchamel que dans les gratins, les ragoûts et les sauces. On le sert souvent mariné pour accompagner les viandes et les poissons.

La douce saveur du concombre fait de lui un légume passe-partout. Il s’harmonise avec à peu près tous les autres légumes toutefois, il est particulièrement savoureux avec la carotte, le céleri, la tomate, le poivron, le fenouil, les champignons et la châtaigne d’eau. Le fromage doux, la volaille, les crevettes et les œufs ne lui enlèvent pas son charme. Un assaisonnement équilibré peut le ragaillardir; le curcuma, le vinaigre, le persil, la menthe, la coriandre, l’aneth, la ciboulette, le basilic, le paprika et même le curry lui donne du tonus.

Les bienfaits du concombre

Assez pauvre en vitamines et minéraux, le concombre jouit néanmoins de la présence de composés phénoliques et de peroxydase dans sa pelure ayant des propriétés antioxydantes venant contrer les effets néfastes des radicaux libres dans notre organisme. Il a été démontré que ces antioxydants pouvaient jouer un rôle préventif contre certains cancers, maladies cardiovasculaires et d’autres maladies découlant du processus de vieillissement. Le concombre témoigne aussi d’une présence limitée de cuivre et de vitamine K.

Pour les personnes visant une perte de poids bénéfique pour la santé, il est bon de savoir que le concombre est très pauvre en calories et composé à presque totalité d’eau. Il s’agit donc d’un allié stratégique pour se rassasier sans dérouter de ses objectifs.

Mises en garde

Bien que non mortelle, le concombre peut provoquer une réaction allergique chez certains individus. On doit cette réaction au syndrome d’allergie orale (SAO) qui peut être engendré par plusieurs fruits, légumes et noix. On remarque des symptômes tels que démangeaisons et sensations de brûlure près de la bouche lorsque le concombre est ingéré. Les études avancent que les réactions allergiques au concombre sont presque toujours précédées d’une réaction au pollen (fièvre des foins).

Correspondance des mesures

  • Un tiers de concombre (7 cm) = 100 g
  • 250 ml = 1 tasse de concombre en tranches

Valeur nutritive

Concombre cru

concombre anglais
Source : Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs.

D’où vient le concombre?

Le concombre nous vient de loin! Il se cultive déjà depuis des millénaires, alors qu’on sait que sa culture existait en Inde 1 500 avant J.-C. Les civilisations ancestrales ont cultivé le concombre dès les premiers pas de l’agriculture. Il s’est niché dans l’Himalaya pour rapidement se répandre en Europe, en commençant par la Grèce et l’Italie, puis en Chine, pour ensuite faire son apparition en Amérique du Nord au 15e siècle. L’histoire raconte que Christophe-Colomb relatait le concombre comme provisions de base dans ses récits.

Sources

Agence canadienne d’inspection des aliments. Syndrome d’allergie orale. [Page consultée le 27 juillet 2011] http://www.inspection.gc.ca/francais/fssa/concen/tipcon/oralf.shtml.

Battistuzzi G, Bellei M, et al. « Characterization of the solution reactivity of a basic heme peroxidase from Cucumis sativus », Arch Biochem Biophys 2004 March 15;423 (2).

Bowen, Carole. Manuel de congélation, plus de 200 aliments de tous les jours. Caractère, Montréal, 2005.

Chu YF, Sun J, et al. « Antioxidant and antiproliferative activities of common vegetables », J Agric Food Chem 2002 November 6;50 (23).

Festy, Daniele. Antioxydants, guide pratique. Leduc S. Éditions. Paris, 2003.

Fortin, Caroline et al. La mini-encyclopédie des aliments. Québec Amérique, Montréal, 2008.

IGA.net. Info-aliments : concombre. [Page consultée le 27 juillet 2011]. http://www.iga.net/infoaliment.php?lang=fr&id=162.

Le Grand Québec. Le Monde des plantes. [Page consultée le 27 juillet 2011] http://grandquebec.com/monde-des-plantes/concombre/

Stratil P, Klejdus B, Kuban V. « Determination of total content of phenolic compounds and their antioxidant activity in vegetables—evaluation of spectrophotometric methods », J Agric Food Chem 2006 February 8;54 (3).

Teubner, Christian. The Vegetable Bible. Penguin Studio, Toronto, 1998.

Wheeler, William. Les Légumes. Éditions du May, Bergame, 1996.

Aimez cette fiche : 

Recettes qui contiennent cet ingrédient